• Un très beau Formathon 2018

    Congressistes comme partenaires
    Vos évaluations nous comblent !
    Merci pour votre fidélité ! Je retrouve ici les sessions 2018
  • Le Formathon crée sa chaîne YouTube

    Retrouvez les videos
    Des ateliers et colloques
    Cela se passe ici
  • On vous prépare déjà le 31ème !

    Evaluations, analyses
    Préparation, choix des thèmes et experts
    Tout sera bouclé au 1er juillet !
    Retenez les 16 et 17 mars 2019
  • Un succès renouvelé

    236 congressistes 50 experts intervenants
    44 partenaires exposants
    + nos  sponsors plaquette
    Un énorme MERCI à vous tous !

AIT et AVC


 

Docteur Alexandre MACKOWIAK

Service de neurologie

Hôpital Saint Philibert

Rue du Grand But

BP 249

59462 LOMME Cedex

 

Tout accident vasculaire cérébral (AVC) se définit comme un déficit neurologique focal, brutal, dont l’intensité doit être normalement d’emblée maximale.

Il s’agit néanmoins d’une entité extrêmement hétérogène :

Ø  Par sa clinique : polymorphisme des symptômes possibles (responsable jusqu’à 15% d’erreurs diagnostiques).

 

Ø  Par sa nature : ischémique (80%), hémorragique (20%).

 

Ø  Par l’influence variable des facteurs de risque vasculaire en fonction de la nature de l’AVC : par exemple risque multiplié par 5 pour l’ischémie si HTA, par 10 dans l’hémorragie.

 

Ø  Par ses étiologies, dont l’imputabilité varie avec l’âge : athéromateuse, cardio-embolique, lacunaire… dans l’ischémie ; hypertension artérielle, angiopathie amyloïde, malformations vasculaires, tumeurs cérébrales, toxiques et alcool, substances agissant sur la coagulation… pour l’hémorragie.

 

Ø  Par ses mécanismes : dans l’ischémie, thrombo-embols de nature diverse, hémodynamique, vasospasme…

 

L’AVC est une urgence diagnostique et thérapeutique.

La possibilité d’un geste curatif dans l’ischémie (thrombolyse jusqu’à 4h30 après le début des symptômes) implique pour l’ensemble de la population médicale un changement des comportements vis à vis d’une pathologie longtemps considérée comme contemplative. Par ailleurs l’hospitalisation des patients le plus précocement possible en unité neuro-vasculaire permet de réduire de 20% la morbi-mortalité indépendamment de toute décision médicale.

 

En raison des hétérogénéités précédemment décrites, la prévention secondaire ne peut être standardisée. Le médecin généraliste est également le premier interlocuteur/intervenant lors des possibles complications survenant à distance de l’événement aigu : épilepsie, spasticité, douleurs neurogènes, dépression, troubles cognitifs…

 

Sur la base d’exemples cliniques concrets allant de l’appel téléphonique suite à l’apparition des symptômes jusqu’à la consultation avec vous suite au retour à domicile, nous discuterons de l’ensemble des points précédemment évoqués.